Vin


Un vin sur vin pour Alain-Dominique Perrin

Posté le 9 novembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Il n’était pas un devin des vignes. Il en est devenu amoureux. Alain-Dominique Perrin s’est depuis 1980 enraciné dans les terres du château Lagrézette à Caillac, à deux rangs de vignes de Cahors. Et depuis, il sublime le cépage roi en terre lotoise, le sieur Malbec, dans la transparence des 300.000 bouteilles annuelles. Avec l’arrivée d’Alain-Dominique Perrin, les caves de Cahors se sont rebiffées. Et notamment ses crus soignés, Le Pigeonnier parkérisé à 95/100, le Château Lagrézette Malbec intronisé dans le top 100 des meilleurs vins du monde, le Paragon prince élégant des tables raffinées ou le Purple pourpre introduit avec délicatesse dans les « Place to be » branchés dans l’hexagone. Hier soir, lors de la réouverture de la boutique Lagrézette-Toulouse, l’homme d’affaire sachant faire, surtout chez Cartier et son temple maternel de luxe le Groupe Richemont, la barbe fleurie impeccablement … En savoir plus »



Stéphane Deligny, son sang dans sa vigne

Posté le 30 juillet, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Voici un parcours qui épouse toutes les causes du romanesque. Voilà un homme qui fait corps avec son âme. Le charisme épais, il aime, lui le rugbyman troisième ligne plaqueur époque white destroyer de l’école d’arcitecture de Toulouse, la compétition dans ce qu’elle a de plus noble et respectable. Le challenge du « je fais pour » élève est son credo, aux antipodes de la soumission du « je m’engage contre » abaisse et congèle la création. Pour apparaître sur la scène publique, une allure tout de suite mémorisable avec des emblèmes tangibles D’abord le crâne ras, pas de ceux dont les calvities sont passées au codage de la standardisation. Un crâne nickel propre infuseur d’idées et de défis. A l’hygiène bien loin de l’hygiénisme, car il aime combiner l’équation Bacchus=Epicure=Dyonisos=Plaisir. Stéphane Deligny est en plus doué d’ubiquité. Architecte avec un corps de bâtiment … En savoir plus »



Si tu as les boules, tant mieux, prends le cochonnet dimanche à la Pergo Sporting Village

Posté le 15 juillet, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

« J’ai les boules ». « Tant mieux, tu as pris le cochonnet. » Ce dimanche, la Pergo Sporting Village tue la morosité à coups de carreaux pour un brunch inédit. Avec la pétanque en plat de résistance. Certes, certains arboreront, comme sous le soleil de la Joliette, ambiance Sud-est en plein esprit Sud-ouest, genre Chez César, avec marius, brettelles et pantalons bouffants, alors que d’autres, plus capitaine de pédalo, ou surfer biarrot en manque de vagues, déploieront la tenue atlantique. Q’importe le caleçon, pourvu que l’on est les boules. Et les cigales avec, qui chanteront la métamorphose de la place des lices, qui accueille le PMU de Gaillac, pour un tournoi de pétanque assurément « A Rosé »…avec modération.
Pour pointer fin ou tirer juste, il faudra toutefois de l’essence dans la machine. Alors pour faire le plein…de victuailles délicates, un brunch sera sur le sable … En savoir plus »



Vin(yl), vidi, vici

Posté le 9 juin, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Vin(yl) Party, le vin s’immisce demain soir au Télégramme à Toulouse, comme un diamant dans le sillon des galettes musicales. Jazz, soul, funk, disco, un multi-cépages qui a du nez. De la robe pour les dames, du charpenté pour les messieurs. Un assemblage, un mélange de jus et de jeux musicaux qui va donner du corps à cette soirée, où une équipe soudée de 15 vignerons de Gaillac et de Fronton sortira de la mêlée viticole les meilleurs ballons…du sang de la vigne.
Dans ce chant musical, le chant lexical en appelle à un retour aux sources avec des vins sincères, des vins de plaisir sans « prise de tête ». Mais avec des tapas, à se taper sur le ventre, « j’ai bien mangé, j’ai bien bu (avec modération), j’ai la peau du ventre bien tendue », merci gentils vignerons authentiques. Avec cette première … En savoir plus »



Rue des Filatiers: un nouveau visage tout en bonne chère

Posté le 3 mai, par admin dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Pendant longtemps elle fut totalement sinistrée. A l’image de ce qu’est devenue aujourd’hui la rue du Taur, où le consumérisme et la laideur vomissent leurs décibels et leur camelote sur les deux trottoirs, la rue des Filatiers incarna un temps la plaie commerciale des centre- ville de province. Chaussures en plastique, jeans bas de gamme, débardeurs à l’américaine, téléphonie mobile, savonnerie chimique : voilà ce que la charmante artère menant jusqu’au marché des Carmes proposait, entre autres, aux promeneurs, touristes et piétons de Toulouse.
Le Volcan fait des étincelles
Mais depuis quelques années, et il faut s’en réjouir, la tendance a changé, et l’ouverture, mercredi dernier, du bar à vins-restaurant-caviste « La Table du vigneron », vient confirmer cette évolution. En effet, les commerces de bouche de qualité (on ne parle pas bien sûr des sempiternels québabes) ont fait un joli retour … En savoir plus »



Pyrénées: ici gît le berceau mondial des cépages océaniques

Posté le 19 mai, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Sciences et Education. Pas de Commentaires

Le monde entier viticole, et même outre cette noble profession, lui envie. Les Pyrénées peuvent bomber le torse. Elles logent tout simplement le berceau mondial des cépages océaniques. Une reconnaissance fierté de tout un peuple de vignerons, résultat du travail d’un ampéologue de réputation planétaire dans les années 60, Louis Levadoux. Jusqu’au milieu du XXe siècle, les ampélographes avaient coutume pour dresser la carte d’identité d’un cépage de signifier les caractères morphologiques, biologiques et sensoriels qui le séparaient d’un cépage voisin. Avec cette définition phénotypique, cela conduisait trop à l’isolement. Louis Levadoux s’est concentré, lui, pour mettre en commun les caractères pouvant rallier différents cépages. Toutes ces typicités, avant le passage nocif du phyloxéra, étaient le résultat d’un croisement naturel. La disparition ou l’abandon des vignes sauvages, les lambrusques, a stoppé de facto ce metissage, et depuis, seule une intervention … En savoir plus »