UDI


Emmanuel Macron, « En Marche » avant toute…à droite et à gauche

Posté le 30 novembre, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

En France, l’histoire politique témoigne que pour accéder à la magistrature suprême, le candidat doit répondre à trois exigences canoniques: l’expérience avec le vécu affirmé d’un exercice, la compétence associée à une résistance de fer pour ne jamais vaciller et la capacité de rassemblement. A l’aube de la présidentielle de 2017, un des prétendants ne présente pas vraiment cette carte d’identité: Emmanuel Macron. Mais il a d’autres atouts pour déjouer les évidences de ce poker menteur.
A cet instant, la glorieuse incertitude règne. Hollande valse d’hésitations. Fillon, le nouveau leader maximo de la droite, surtout conservatrice et bourgeoise, est toutefois rejeté par la droite moderne, plus populaire et ouverte sur le centre. Un allié de Macron s’en fait d’ailleurs le pote porte-parole: « La droite est divisée comme jamais. Il n’y a aucun accord entre les courants sur l’Etat de droit, ni … En savoir plus »



Dominique Reynié: « Dimanche, c’est une autre élection »

Posté le 9 décembre, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

Au moins une promesse tenue. De front républicain, il a toujours annoncé qu’il n’en serait pour lui pas question. Et il n’en sera rien. Troisième du premier tour des régionales, avec un score en-dessous de ses honnêtes espérances et de prédictions rationnelles (18,84%), Dominique Reynié repart au front, contre le Front de Louis Aliot, et frontalement contre l’union de la gauche de Carole Delga. Les appels à la capitulation des responsables nationaux de l’UDI et de certains Républicains, Jean-Pierre Raffarin et Nathalie Kosciusko- Morizet n’ont eu aucun effet. Pour Dominique Reynié, dimanche, ce sera une autre élection. Avec un homme franc et frais dans le monde politique, qui s’il est élu, ne tiendra que ses promesses, comme celle de n’occuper que ce mandat de président et de démissionner de toutes ses fonctions professionnelles. Mais aussi de ne jamais jouer sur … En savoir plus »



Régionales: le parachute s’ouvre à merveille…

Posté le 1 mai, par admin dans Politique Société. Pas de Commentaires

C’est l’un des grands classiques de la politique française, qui fleure bon l’accord en sous-main, la manœuvre d’alcôve, la petite tractation menée entre la poire et le fromage sur la table d’un restaurant de sous-préfecture. Ce « grand classique », c’est la méthode du « parachutage ». Le principe en est simple. Il s’agit d’investir comme tête de liste à une élection locale un candidat qui n’a pour ainsi dire que de lointains rapports avec le territoire en question. C’est ce qu’il s’est produit le week-end dernier à Sète lorsqu’un collège d’une quarantaine de grands électeurs du centre-droit a désigné le politologue Dominique Reynié comme candidat aux futures élections régionales de décembre 2015 pour remporter la grande région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées.
Le monde selon lui
« Il est né à Rodez et continue d’avoir des attaches dans l’Aveyron et le Tarn » a précisé … En savoir plus »



Toulouse: un an d’actions municipales, le Nouvel Elan est en marche

Posté le 31 mars, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

 

Lundi 30 mars, Salle Jean Mermoz à Toulouse, plus de 1 300 personnes ont répondu à l’appel de Jean-Luc Moudenc pour faire le bilan de la première année du mandat, dans la même salle qui a vibré pendant les deux meetings de campagne qui ont mené cette équipe unie et soudée, de la droite au centre, au Capitole.
La soirée fut orchestrée par Jean-Michel Lattes, qui appela à la tribune la députée et adjointe, Laurence Arribagé, à laquelle se sont succédés Michel Aujoulat, vice-président de Toulouse Métropole, et Jean-Jacques Bolzan, adjoint au commerce.
Le Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole prit enfin la parole pour dresser le bilan de la première année du mandat devant une foule attentive. Que de travail accompli en un an !
Sécurité:avec l’installation de caméras de vidéo-protection, l’armement des policiers 24 heures sur 24, la signature police nationale-police … En savoir plus »



Fessée dans ses bastions, la gauche n’est pas punie en Haute-Garonne

Posté le 30 mars, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

« On a pris une grosse fessée. » Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat, avoue que les coups de martinet du peuple lors de ces élections départementales ont sérieusement rossé le cuir de la majorité gouvernementale. La France est bleue avec la victoire de l’union de la droite et du centre. Le rose est fâné. Une trentaine de départements passe à droite, qui en truste dorénavant 67, contre 30 pour la gauche. La gifle a claqué dans des départements bastions, dans des citadelles où campent les ténors socialistes. La Corrèze, l’Essonne, la Seine-Maritime et les Deux-Sèvres perdent leur majorité. Soit les fiefs du Président François Hollande, du Premier ministre Manuel Valls, du ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius et de la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal. Si l’on y ajoute au rang des défaites symboliques, le Nord … En savoir plus »



Toulouse Avenir: « S’abstenir, c’est voter PS »

Posté le 27 mars, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

 

Toulouse Avenir, l’association de soutien à Jean-Luc Moudenc, n’y va pas par quatre chemins avant le second tour dimanche des élections départementales. Au contraire, le mot d’ordre va droit au but: « S’abstenir, c’est voter PS. S’abstenir, c’est soutenir le Gouvernement. » Car force avec grimaces a été de constater dans le camp uni de la droite au centre en Haute-Garonne que le plus fort taux d’abstention dimanche dernier a été enregistré dans cette famille politique. « Dimanche dernier, trop nombreux ont été nos soutiens qui se sont abstenus, expliquant un score du PS supérieur aux attentes », souligne avec regret un de leur porte-parole.
Toute cette semaine, les listes alliées au maire de Toulouse, leur chef de file, ont battu le rappel en termes prose combat. Car tant que la victoire promise devenue défaite imprévue n’est pas officielle, l’espoir demeure. « Tous nos candidats de … En savoir plus »



Haute-Garonne: la gauche fait de la résistance

Posté le 23 mars, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

Le vote sanction pour le PS et son allié PRG est tombé comme un couperet au premier tour des départementales. Avec 21% des voix, les partis du Gouvernement sont aujourd’hui la troisième France, derrière le FN avec 25%, qui n’est pas, malgré les gesticulations joyeuses de ses leaders, passé premier parti national à la baisser du drapeau comme promis par les savants analystes. De son côté, l’union des droites et du centre avec 32,5% des voix, est le lauréat et ce grâce, n’en déplaise à certains, à l’effet aspirateur à popularité de Nicolas Sarkozy. Alors, oui, la gauche radical-socialiste a perdu ses bastions historiques, et notamment le Nord. Si l’on y ajoute la désunion nourrie avec les écologistes et le Front de gauche, le PS est en passe de perdre une trentaine de conseils généraux dimanche. Ce matin, les socialistes … En savoir plus »



Départementales: « Ensemble pour la Haute Garonne », trois prétendants au bal du roi

Posté le 7 mars, par La Rédaction dans Non classé, Politique Société. Pas de Commentaires

Après plus de 70 ans d’hégémonie socialiste, la Haute-Garonne pourrait faire des élections départementales des 22 et 29 mars prochain une date historique. Aujourd’hui toutes les projections portent à croire que l’unité, l’union sans faille de la droite au centre devrait faire basculer la donne pour les six prochaines années. Certes dans un grand flou qui préside le scrutin, car nul ne sait comment et à qui les futures compétences des départements seront distribuées et attribuées. Certes, mais l’enthousiasme, même s’il faut modération garder, de l’UMP, à l’UDI en passant par le Modem, Debout La République et Mouvement pour la France, sans occulter la société civile fortement présente sur les listes « Ensemble pour la Haute-Garonne », est de mise dans un camp qui va jouer sur la dynamique de la victoire de Jean-Luc Moudenc aux municipales de Toulouse. Un phare pour tous, avec … En savoir plus »



Départementales 2015: Toulouse 5, canton 19, l’exemple de la polyvalence et de la performance à droite et au centre

Posté le 27 février, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

Les binômes paritaires leaders et leurs remplaçants de la liste de la droite et du centre, « Ensemble pour la Haute-Garonne’ », appelés à se présenter les 22 et 29 mars prochains pour les élections départementales dans les 27 cantons, sont déjà sortis des starting-blocks pour le grand marathon de campagne. Et tous courent vers un succès historique, désireux de mettre fin à plus de 70 ans d’hégémonie socialiste, d’immobilisme, de clientélisme et de gouffre financier. Tous courent dans la foulée de la dynamique engendrée par la victoire de Jean-Luc Moudenc aux municipales de Toulouse en mars dernier. Tous courent soudés pour faire d’une élection banalisée mineure par certains une date historique. « Nous nous devons de rester unis, de l’UMP, à l’UDI en passant par le Modem, le MPF, DLF, divers droite et la société civile. Soudés. Aucune distention n’est permise car … En savoir plus »



Départementales en Haute-Garonne: la droite et le centre voient la vie…en rose

Posté le 17 février, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

Bleu est l’optimisme. Sans être encore bleu roi, l’union de la droite et du centre en Haute-Garonne voit la vie…en rose à un peu plus d’un mois des élections départementales, les 22 et 29 mars. Alors que les socialistes ne la voient plus en… rose justement, et sentent même les épines de la défaite, de la fin de règne, leur chatouiller l’épiderme. Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole, leader naturel de la grande famille UMP, UDI et centre, dans l’aspiration de sa victoire performée depuis sa prise de fonction au Capitole, annonce sereinement qu’il existe, « un faisceau d’éléments qui rend possible le basculement après 70 ans de pouvoir socialiste. La réforme territoriale et le nouveau découpage ont bousculé le paysage. Mais c’est surtout l’union sans précédent que nous avons réussie dans notre camp qui peut … En savoir plus »