Toulouse


Las Criollas Empanadas, l’Argentine en cuisson originale

Posté le 21 juin, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

« La cuisine, c’est quand les choses ont le goût de ce qu’elles sont ». Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky, humoriste et critique culinaire, baptisé « le prince des gastronomes » , disparu en 1956, ressusciterait sans aucun doute en offrant à sa bouche frétillante et à son gosier en gambade « Las Criollas Empanadas » de Norhis Lopez. Il prendrait très certainement une carte d’abonnés gourmands pour valider sans modération ses trajets vers ces authentiques et délicieux chaussons farcis créés dans l’Argentine la vraie. Celle du coeur, des terres sévères des grandes estancias et des hommes libres de la pampa, ces gauchos avec le courage, l’honneur et la liberté en bandoulière. La nouvelle adresse ouverte par Mathieu Lopez et son épouse Norhis, place Dupuy à deux pas de trot équin de la Halle aux Grains, en complément gustatif et festif de la pizzeria des Carmes, … En savoir plus »



Exit Gérard Bapt député, le triste destin du Château Las Planes va-t-il changer?

Posté le 15 juin, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

La sanction citoyenne du premier tour des élections législatives est tombée comme un couperet. Exit Gérard Bapt, le maire de Saint-Jean, éliminé sur le 2e circonscription de la Haute-Garonne, ne connaîtra pas un neuvième mandat de député. Ses détracteurs ont bonne mine, et notamment ceux qui, à Saint-Jean, le fustigeaient pour le non-respect de sa promesse de protéger le château Las Planes, rebaptisé Maison Treilhes, du nom du héros mort pour la France en juin 40, après le rachat par la ville de Saint-Jean. Le député aujourd’hui abandonné par l’électorat populaire promettait lors de l’achat en 2005 de conserver cette bâtisse historique, en la transformant en mairie ou en médiathèque. Il n’en fut rien, et le château fut abandonné (NDLR: ironie de l’histoire qui change de camp) sans entretien, cible de pillages, des incendies et des intempéries. Gérard Bapt vendit … En savoir plus »


Aux signatures citoyens pour dire non à la démolition du Château Las Planes

Posté le 6 juin, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

Mobilisez-vous, il en va de la sauvegarde du patrimoine et de la mémoire. Il en va de l’honneur d’un homme, héros de la Seconde Guerre mondiale, le Capitaine Henri Treillhes. Aux plumes citoyens, signez et soutenez l’association SOS Patrimoine et le louable combat que mène la fille de ce très honorable titulaire de la Légion d’Honneur des Crois de Guerres, Annie Dutrain- Treilhes.  Une « guerre pacifique », mais armée de très justes intentions pour stopper la démolition du Château Las Planes, rebaptisée, depuis son rachat par le Député-Maire de Saint-Jean, Gérard Bapt, en 2005 en raison de la succession de quatre enfants.

UNE OPERATION BETON PROMOTION IMMOBILIERE
Un rachat à l’origine, appuyé par les engagements et les promesses du Député-Maire, pour que soit instaurée la mairie de Saint-Jean ou une bibliothèque. Mais les promesses ne valent que si elles sont tenues. Malheureusement « paroles, … En savoir plus »



Des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson

Posté le 19 janvier, par La Rédaction dans Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Bouillon de culture. Michel Réglat, le grand chef 21 fois étoilé franchise Mc’Do, aime remixer les recettes des intérieurs vies de ses établissements. Pour que les yeux des clients se pâment quand les bouches s’affament. En rajoutant des tranches de l’art, Michel Réglat désire que la déco fasse ventre le temps du break déjeuner ou repas. Et que l’art, avec priorité faite aux ingrédients aux artistes locaux, s’invite sur les plateaux en facilitant la digestion des créations. Au restaurant McDonald’s Esquirol, l’établissement a ouvert sa focale depuis trois ans à l’immortel photographe toulousain Jean Dieuzaide. 41 plaques d’un des as du noir et blanc délicat, évoquant Toulouse les 31 glorieuses des années 50-70, placardent les murs, pour donner un peu plus de temps saveur à la restauration rapide.
Depuis peu, le McDonald’s Wilson enrichit cette carte art de la table. Mais … En savoir plus »



Fred Manenc, l’enfance revient d’art d’art

Posté le 23 décembre, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

 

Sir James Barrie, écrivain et dramaturge écossais, canonisé pour la création du personnage de Peter Pan, écrivait: « Chaque fois qu’un enfant dit: je ne crois pas aux fées, il y a quelque part une petite fée qui meurt ». Fred Manenc traduit dans ses oeuvres cette résurrection des objets de l’adolescence. Non pas la renaissance des fées, mais de faits marquants de sa jeunesse: Goldorak, les toys, Play-Mobil… Pour donner vie en lumière à un ensemble de créations pour créer un autre monde. Avec lui, c’est matière grise au service de matières époques pour faire ressurgir d’autres formes. Pour tomber pile sur d’autres faces de l’objet. Avec Fred Manenc, l’enfance revient d’art d’art.
S’il revient à sa mémoire des souvenirs familiers, il nous familiarise avec des passés recomposés. Depuis cette semaine, le plasticien conjugue son présent au futur dans l’Espace Cobalt à … En savoir plus »



Initiations culinaires à l’Alimentation: c’est vraiment un cadeau

Posté le 22 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Cuisiner raffiné à en faire tomber les babines comme le loup de Tex Avery, c’est l’apanage des chefs, des grands. Satisfaire les dîneurs délicats qui effleurent les assiettes pour immortaliser la création repose sur la gai-savoir faire des philosophes des fourneaux. Autrement dit, cuisiner en majesté est la propriété d’une cour de rois des spatules. Autrement dit, pour tout vulgum coquus, cuisiner n’est pas un cadeau. Grâce à l’Alimentation, le restaurant où les compliments s’empilent, cuisiner peut être une offrande dans des ateliers de bonnes façons, autour d’un chef à votre disposition disposé à vous dispenser de ses conseils étoilés. Quel cadeau. En cette période de fêtes, pour ceux qui ne savent pas ce qui peut satisfaire un pote, une copine, le cousin ou la tatie, offrir une soirée enthousiaste avec un pro enthousiasmé de vous passer ses plats, s’avère … En savoir plus »



Boulangerie Saint-Georges: un show gustatif prise de températures festives

Posté le 13 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Un peu de tout, mais surtout du nouveaux nés- en cette période de nativité,la tradition a bon gout-, mais tout qui, en soi, fasse tout un plat de découvertes. La boulangerie-pâtisserie Saint-Georges, antre des amis de pains, Christine et François Le Galo, met, ce samedi, ses grands plats créatifs dans les petits plaisirs gustatifs. Oyez, oyez, dégustez, bonnes gens, place Saint-Georges, gueletonnez au plus près des arrivages de 11 heures à 16 heures, échauffez vos ramages en prévision de votre trêve confite de bons sentiments et d’agapes scintillants. Outre cette bourse aux réjouissances, vous pouvez aussi réjouir votre bourse en gagnant le lot de 50 euros qui sera décerné le mardi 20 décembre.
En attendant ce pain béni ou cette cerise sur le gâteau, vos estomacs auront le loisir de s’offrir en cadeau les cadeaux maisons en portion tentation et invitation … En savoir plus »



Bobine, cocon club de créateurs

Posté le 12 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cocon club de créateurs. Bobine, rue de la Pomme à Toulouse, aguiche, accroche, aimante, toutes les tronches, divers regards, et moult désirs. Femmes, hommes, et enfants…de coeur avec les designers à l’approche novatrice et les révolutionnaires évolutifs. A l’origine de la sélection, filtre à émotions et buvard à sensations, Faustine Lanau. Fille de médecin, la Carcassonnaise a pris le poul du risque et a pris d’assaut la forteresse des challenges « Osez,osez, Joséphine. Juste faire hennir les chevaux du plaisir. Et que durent les moments doux. »

LE DECLIC A HONG KONG
Pour oser sans se brider, il a fallu le déclic, pour ne jamais imaginer la claque. Et c’est en Asie, que la titulaire d’un master en marketing et en com’ obtenu à l’IAE Toulouse s’est débridée des bribes d’hésitations pour créer son concept-store aussi cool que cosmopolite. »Je travaillais à Hong Kong comme … En savoir plus »



« Les Maquisardes », c’est bon quand ça se Corse

Posté le 9 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

C’est bon quand ça se Corse. « Les Maquisardes », forza gourmandise, brisent l’omerta de ce paradoxe rue des Tourneurs à Toulouse. En faisant chanter haut les produits artisanaux en polyphonie qui sollicitent l’imagination, Emilie Dinet et Lucie Delbos, aux origines corses sang pour sang, sans pour autant un patronyme en terminaisons fins de bouche « nova », ‘iani », « otti », ou « ucci », font parler la beauté sauvage « pace, salute » dans les assiettes et les possibilités d’une île. « Précédemment, nous avons travaillé avec Lucie dans des boutiques proches. Et un jour, et vu que nous avons toutes les deux des origines corses, on s’est dit: à Toulouse, il y a certes des produits corses dans certaines boutiques, mais il n’y a pas d’adresse 100% corse. Ensemble, nous avions les mêmes attentes, celles de faire nous-mêmes. On s’est vite entendues sur le principe, à savoir celui … En savoir plus »



March LA.B se « montre » chez Tata Roberta

Posté le 8 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Le temps s’étire et prend son temps. Céline Topilin aménage sa boutique samaritaine du design et du chic chouette pour faire place nette à March LA.B, la marque de montre franco-façon-française. Alain Marhic, le Basque à ses basques, le teint dans le ton, fondateur et directeur général, se montre alors avec « ses montres », les pose pour une pause dans l’air du temps. Une vingtaine de modèles entre les automatiques et les quartz. « Avec les différents bracelets, les différentes colories des cadrans, on compte entre 50 et 60 modèles » ajoute cet homme qui a toujours espéré prendre le tempo de la création horlogère.

L’AIR DU TEMPS 2016 EST EPURE, SENSE, ESSENTIEL
Son cru 2016, après une première « montrification » en 2011, est sensé, essentiel, épuré, et inscrit dans une logique où l’ivresse des prix ne fait pas tourner les têtes. « Nous sommes dans un … En savoir plus »