Seconde Guerre mondiale


Sauver le Château Las Planes, c’est un acte citoyen en mémoire du Capitaine Treilhes tué en criant « Vive la France »

Posté le 9 juin, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

13h30 le 18 juin 1940 à Frambouhans dans le Doubs, deux auto mitrailleuses allemandes ouvrent le feu sans interruption. Un homme, héros pour la digne cause, chef de la colonne française présente dans le village, organise une opération défense, en faisant le coup de feu comme un simple soldat en stoppant 6 side-cars allemands fortement armés. Toutefois, une véritable armée fournie en matériel débarque dans le village en agresseur déterminé. La cité est prise de toute part, étouffée. Les soldats français abdiquent face à la force germanique et sont faits prisonniers. L’homme, le héros, lui, refuse de capituler. Sa bravoure est exemplaire, mais sa vie ne sera pas épargnée. Il adressera alors à l’agresseur de toutes ses forces un vibrant « Vive la France ». Magnifiquement stoïque, paroxystique, il tombera sous les armes nazis, à peine quelques heures avant l’appel historique du … En savoir plus »



Pechbusque, ici a été abattu un Junker allemand

Posté le 31 octobre, par La Rédaction dans Insolite. Commentaires fermés

797 habitants, Pechbusquois, Pechbusquoises

254 habitants/km2

Département de la Haute-Garonne. Pechbusque, membre du Sicoval, communauté urbaine du sud-est toulousain, est à 20 km au sud de Toulouse.

Pechbusque signifie « colline boisée » car, à l’époque, le village se situait sur une hauteur entourée de bois. Il comptait, en 1886, 144 habitants et 43 foyers. C’est le 6 janvier 1944, alors que la population tremblait sous les frimas sibériens et vivait dans l’angoisse sous le joug insidieux des troupes d’occupations allemandes qu’un pan de l’histoire s’est écrit dans ce petit village du sud-est toulousain. Le ciel s’irradie alors de foudre quand une rafale de balles tirée par un pilote anglais, Alexander Lawson, tenant le manche d’un Mosquito du Squadron 23, atteint un Junker 88 de l’armée de l’air allemande. L’avion germanique pique alors du nez dans le contrebas de Pechbusque et explose. Les quatre soldats … En savoir plus »