McDonald’s


Des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson

Posté le 19 janvier, par La Rédaction dans Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Bouillon de culture. Michel Réglat, le grand chef 21 fois étoilé franchise Mc’Do, aime remixer les recettes des intérieurs vies de ses établissements. Pour que les yeux des clients se pâment quand les bouches s’affament. En rajoutant des tranches de l’art, Michel Réglat désire que la déco fasse ventre le temps du break déjeuner ou repas. Et que l’art, avec priorité faite aux ingrédients aux artistes locaux, s’invite sur les plateaux en facilitant la digestion des créations. Au restaurant McDonald’s Esquirol, l’établissement a ouvert sa focale depuis trois ans à l’immortel photographe toulousain Jean Dieuzaide. 41 plaques d’un des as du noir et blanc délicat, évoquant Toulouse les 31 glorieuses des années 50-70, placardent les murs, pour donner un peu plus de temps saveur à la restauration rapide.
Depuis peu, le McDonald’s Wilson enrichit cette carte art de la table. Mais … En savoir plus »



« Une vie pour une vie »: le parcours combattant, coeur battant des Berneron

Posté le 4 novembre, par La Rédaction dans Politique Société. Pas de Commentaires

« Une vie pour une vie ». Johann pour Nôa. Nôa par Johann. A l’inverse de ce qu’avait écrit Alexis de Toqueville, leur histoire est une galerie de tableaux où il n’y a que des originaux et aucune copie. Le livre du papa Berneron pour l’amour de sa fille, que cette chienne de vie a décidé de mordre à l’âge de 6 ans en lui faisant un mauvais tour de rein, ouvre ses pages sans prétention mais avec un encrier rempli d’émotion. Charles Baudelaire aurait pu en être le préfacier en usant de ces écrits dans « Les fleurs du mal »: « Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux, qui réfléchiront leurs doubles lumières. Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux ». Nôa et ses parents, c’est une vie pour une vie à crédit des douleurs, des soirs chagrins, des matins torturés. Une vie pour … En savoir plus »



L’écrit du coeur du petit papa de Nôa Berneron

Posté le 4 octobre, par La Rédaction dans Politique Société, Sciences et Education. Pas de Commentaires

Le peintre Vincent Van Gogh écrivait: « Mon brave, n’oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu’à celles-là nous y obéissons sans le savoir ». L’écrit du coeur vient de l’intérieur et jaillit avec la profusion d’émotion. Surtout d’un petit papa à l’égard de sa fille, sa fille, sa bataille. Depuis longtemps, Johann Berneron, père de Nôa, désire coucher sur papier le conte de faits de sa fée. Se livrer pour le livre de la vie de sa protégée chahutée par la fatalité. Une vilaine maladie l’a frappée à l’âge de 6 ans. Une angoisse qui prend la famille aveyronnaise aux tripes. Qui l’oblige à migrer à Toulouse, dans les couloirs angoissants de l’hôpital. Pour accrocher un sourire à la face de Johann et de Nathalie Berneron, la Maison des Parents Ronald McDonald, à Toulouse-Purpan, … En savoir plus »



Stade Toulousain-Racing: McDonald’s y sert un menu de fête

Posté le 25 décembre, par La Rédaction dans Sports. Pas de Commentaires

Parfois, les héros du sport, reclus dans leur obsession de perfection ou malheureusement quelque fois pour certains dans leur égocentrisme imbécile, ou pour d’autres dans une méga-sensibilité qui vire à la paranoïa, ne comprennent pas tout le temps ô combien les enfants les aiment. Les badent même, ou rêvent de leur carrière – même s’il vaut mieux que les jeunes se concentrent sur les études et l’obtention d’un métier, car tout le monde ne devient pas Messi, Federer, Kobe Bryant ou Thierry Dusautoir d’un claquement de doigt. Sans sombrer dans un angélisme béat ou dans l’adulation extrême, force est de reconnaître que les joueurs du Stade Toulousain se prêtent à ce jeu communion avec la jeunesse. Et à Toulouse, grâce à un équipier nommé McDonald’s. Car McDo et le sport, les sports, c’est un couple en courses depuis plus de … En savoir plus »



Mc’Do: Act Big Mac, big coeur pour les maisons des parents

Alors que le Stade Toulousain tentera de faire le coup du Père « Vincent » ce soir (NDLR: en direct à 20h30 sur Canal+) à Bordeaux-Bègles, la nouvelle mécanique du fluide du Top 14, et ainsi, – si après Montpellier coincé par suffisance peut-être hier soir chez lui par Brive et si le Racing contre Bayonne se fait bouger les jambons cet après-midi-, recoller dans le giron des six qualifiables potentiels, pour l’instant, pour les phases finales. Alors que juste avant l’espérance du hold-up parfait des « Rouge et Noir » en terre Garonne de copropriété, le XV de France, à 17h45 au Stade-Vélodrome de Marseille, tentera de redonner des couleurs bleu roi à son image et sortir de la torpeur du bleu très très pâle contre les Fidji et leur rugby fantasque, mais attention pas fantoche. Alors que justement en ce week-end où … En savoir plus »



Michel Réglat, marchand d’histoires

Posté le 30 septembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

 

L’appétit de culture vient en s’en nourrissant, et pour faire aimer le plat aux autres, il faut savoir le passer. Michel Réglat, Monsieur Mc Donald’s dans la Ville rose, est un maître-chef en la matière. Ami lycée hôtelier des Dominique Toulousy et Gérard Garrigues, ce Lot-et-Garonnais d’origine a toujours cuisiné son savoir dans le commerce et l’hôtellerie, tout en savourant la vie toulousaine culturelle et festive. Surtout que papa et maman ont eu pignon sur Place du Capitole avec l’emblématique Café Tortoni en 1978. Gourmet gourmand, Michel Réglat change la recette après avoir vu fréquenter son établissement la fine fleur des nuités de Toulouse avant les virées « Ubu » et « Méchant Loup ». Il invite à sa table les décideurs de Mc’Do Europe, qui, en un coup de fourchette, lui proposent de franchiser la première enseigne dans la région. Et en 1982, … En savoir plus »