MarchLA.B


March LA.B se « montre » chez Tata Roberta

Posté le 8 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Le temps s’étire et prend son temps. Céline Topilin aménage sa boutique samaritaine du design et du chic chouette pour faire place nette à March LA.B, la marque de montre franco-façon-française. Alain Marhic, le Basque à ses basques, le teint dans le ton, fondateur et directeur général, se montre alors avec « ses montres », les pose pour une pause dans l’air du temps. Une vingtaine de modèles entre les automatiques et les quartz. « Avec les différents bracelets, les différentes colories des cadrans, on compte entre 50 et 60 modèles » ajoute cet homme qui a toujours espéré prendre le tempo de la création horlogère.

L’AIR DU TEMPS 2016 EST EPURE, SENSE, ESSENTIEL
Son cru 2016, après une première « montrification » en 2011, est sensé, essentiel, épuré, et inscrit dans une logique où l’ivresse des prix ne fait pas tourner les têtes. « Nous sommes dans un … En savoir plus »



Tata Roberta tic tac avec la tactique March LA.B

Posté le 5 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Il y a les petites et les grandes aiguilles dans le monde de l’horlogerie. Les mastodontes, les golgoths, les Goliath du luxe, les LVMH, Richemont, Swatch Group, Omega, ou encore TAG Heuer aptes à faire perdre la pendule à tous ceux qui veulent enrayer leur mécanismes business. Dans cette industrie où la vie d’une entreprise peut basculer à quelques minutes près, il y a des indépendants qui sont à l’heure avec leurs ambitions. C’est le cas de March LA.B qui a bien su chronométrer son existence, trouver le temps pour être à l’heure H sur le marché. Alain Marhic, fondateur et directeur général de cette entreprise indépendante, a su trouver le tempo, après avoir essayé de lutter aiguille de terre contre aiguille de fer contre les maîtres du temps.
Après la sortie des premières montres en 2011, March LA.B a replacé … En savoir plus »