LeonardCohen


Le Rock ressuscite Bowie

Posté le 17 novembre, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

 

 

Le chant magnifique survit à la voix magnifiée qui le sublime. David Bowie, comme Léonard Cohen jeudi dernier, s’est éclipsé dans le cri lugubre de son « Blackstar » et surtout dans la funeste délivrance de « Lazarus », « Oh, je serai libre. Juste comme ce merle bleu ». Bowie n’est plus mais demeurera l’artiste de la métamorphose et de la performance dandy. Le Bowie révolutions et évolutions, avec un sommet summum avec « The Rise and Fall of Ziggy Stradust and The Spiders from Mars », et le transgenre génétiquement coloré Ziggy Stardust. Un Bowie sec sexy de strass et de stup. Un Bowie palette de paillettes, les yeux revolverisés de mascara, androgénie jumelant hétéro-actualité et gay-savoir. Pour un slam glam dans ces années 70 requiem pour les cons-pagnons de la chansonnette. Pour un instant à évidemment éterniser. Ce flirt avec le flash, David Bowie l’a … En savoir plus »



Toulouse l’Espagnole manifeste sa légitime identité

Posté le 23 juin, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

Ô Claude, ici, on te conjugue souvent au présent de l’actif. « Est-ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne », cette phrase extraite de « Toulouse » est un refrain qui s’entonne, se décline, et se clone. Tout le week-end avant le match de lundi dernier, Espagne-République Tchèque au Stadium, pour le compte de l’Euro de foot, c’est bien plus que la corne, les cornes, c’est le taureau ibérique, les deux oreilles et la queue qui ont envahi les arènes festives de la Ville rose. Sol y sol, surtout avec la victoire de la Roja. Car à Toulouse, l’Espagne joue et vit à « la casa ». Toulouse terre d’Espagne,  ce n’est pas une illusion d’optique, mais une certitude historique. Les ponts tendus entre les deux versants des Pyrénées ont quelque chose d’éternité. Dans l’esprit sud-ouest, l’art de vivre toulousain se nourrit d’hispanité. Dans … En savoir plus »