Basquiat


Des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson

Posté le 19 janvier, par La Rédaction dans Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Bouillon de culture. Michel Réglat, le grand chef 21 fois étoilé franchise Mc’Do, aime remixer les recettes des intérieurs vies de ses établissements. Pour que les yeux des clients se pâment quand les bouches s’affament. En rajoutant des tranches de l’art, Michel Réglat désire que la déco fasse ventre le temps du break déjeuner ou repas. Et que l’art, avec priorité faite aux ingrédients aux artistes locaux, s’invite sur les plateaux en facilitant la digestion des créations. Au restaurant McDonald’s Esquirol, l’établissement a ouvert sa focale depuis trois ans à l’immortel photographe toulousain Jean Dieuzaide. 41 plaques d’un des as du noir et blanc délicat, évoquant Toulouse les 31 glorieuses des années 50-70, placardent les murs, pour donner un peu plus de temps saveur à la restauration rapide.
Depuis peu, le McDonald’s Wilson enrichit cette carte art de la table. Mais … En savoir plus »



Fashion, Art and Rock’n'Roll: Jean-Charles de Castelbajac se « livre » en tenues originales

Posté le 17 octobre, par La Rédaction dans Culture, Mode et Déco. Pas de Commentaires

« Fashion, Art and Rock’n’Roll is all my brain and body need. Fashion, Art and Rock’n’Roll are very good indeed ». Sans sa gouaille cockney mais avec son humour mordant, le couturier multi-costumes Jean-Charles de Castelbajac pourrait paraphraser Ian Dury, feu-joyeux trublion devenu chanteur par dépit et auteur de l’hymne punk et new-wave par erreur,  » Sex and drugs and rock & roll ». Car le descendant d’une ancienne famille noble de Bigorre triangule ces trois mots, fashion, art et rock’n’roll qui ont enfanté l’histoire de sa vie, l’histoire de son ouvrage, l’histoire de ses sensations. Il a décidé d’accoucher sur papier le sens de son existence dans le livre habillant plusieurs décennies de cette carrière rencontres au coeur des corps et des âmes d’exception. Il dit: « J’ai commencé par le Rock’n’roll, qui m’a fait bouger, qui m’a donné l’énergie de partir à … En savoir plus »



Yohan Hennequin: la sagesse d’art d’art

Posté le 8 juillet, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

Correspondance plus que hasard. Le groupe pop mélancolique toulousain, Cats on Trees, rentre d’un périple musical alangui à Tahiti. Pour un rodage tuilage de son prochain album programmé pour 2017 sans précision mathématique de date, après l’éponyme « Cats on Trees » portant le tube ‘Sirens call », et tout un élevage musical félin sans cage. « On a beaucoup avancé sur les musiques. On travaille énormément sur les textes. On veut faire un bel album. Avec Nina, nous sommes passionnées de danse, et nous désirons faire une partie de ce second album pour danser ». Yohan Hennequin, le demi sans pression du duo formé avec Nina Goern, le teint clair de retour en terre occitane, éclaire l’autre facette de son talent d’artiste: celui de peintre. Avec une exposition dans la boutique glam-rock, underground-création, hippie-hippie chic, « Tata Roberta » place Saint-Georges, propriété de la mama nouvelle … En savoir plus »



Ito Dubois, de l’énergie à « repeindre »

Posté le 17 novembre, par La Rédaction dans Culture, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Il porterait très bien la combinaison spatiale, cette houppelande de technologie autant datée que la défunte URSS. Reste qu’il arbore le look punk dandy, dérivé de l’inspiration sans contrefaçon Hedi Slimane. Et ainsi, rebelle en col blanc, il se verrait bien propulsé en vrai et à l’énergie dans le cosmos, dans son ciel de peinture, où il ambitionnerait de conquérir des étoiles pour ses toiles. Ito Dubois vit son conte pictural dans un espace aussi vaste que les steppes du Kazakstan. Depuis plus de six mois, il est sur orbite en position géo-imaginaire dans la station spéciale art contemporain. Cette peinture pour laquelle il a mis les doigts dans les pots depuis l’âge de 14 ans, grâce à une amie aujourd’hui styliste dans la maroquinerie. Mais avant de vraiment se nourrir de cette confiture artistique, ses parents médecins lui ont … En savoir plus »



Maxime Médard: tube à essais

Posté le 17 octobre, par La Rédaction dans Sports. Commentaires fermés

Pour que le regard dépasse le contenant et ouvre sur le contenu, il faut que Maxime Médard dépasse son introversion bien cramponnée, la crochette bien campé sur des appuis rassurés. Max la menace pour les défenses adverses est une menace pour la défense de son soi intérieur. « C’est vrai que je suis très introverti, assez méfiant et réservé. » De l’homme à l’ombre, il n’y a qu’une foulée. Par pudeur peut-être, par respect surtout. « Quand j’ai intégré les pros du Stade Toulousain à 18 ans, je me suis dit, mais où je suis tombé, j’avais peur de gêner, peur d’embêter les anciens. J’avais trop de respect pour eux, et aujourd’hui encore. Poitrenaud, Heymans, Jauzion, Clerc, je jouais avec mes idoles. Ca se comprend n’est-ce pas? » Maxime Médard, c’est l’histoire d’un mec en chantier qui n’oublie jamais les fondations, le plancher socle … En savoir plus »