ToulousePost, l’Observatoire de l’Info


Dura Solex, sed Solex

Posté le 16 janvier, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Insolite. Pas de Commentaires

Le retour du Solex a été dure, mais le Solex revient. Dura Solex sed Solex, tel pourrait-on traduire en usant du proverbe latin, Dura lex sed lex, (La loi est dure, mais c’est la loi, dans sa traduction authentique), pour signifier la renaissance en France du deux roues le plus populaire et le plus kiffant de l’histoire de l’industrie de la motocyclette en France. Pour un revival en version moderne et durable. Evidemment, on ne retrouvera pas l’engin noir de dingo dingue assez casse-gueule avec son moteur à galet perché sur la fourche avant, qui sentait bon la solexine. Ce carburant à base d’huile et d’essence qui enivrait le p’tit gars qui allait conter fleurette à sa pépette avant de la conduire en tenue de gala au bal populaire.

8 MILLIONS D’EXEMPLAIRES D ‘AUTHENTIQUES VENDUS ENTRE 1940 ET 1998
Le Solex revient … En savoir plus »



Celine Marciano cake designer, une crème de femme

Posté le 13 janvier, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Insolite, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cake designer, un métier qui n’est pas de la tarte. Il faut être à la fois la Camille Claudel de la pâtisserie surprise et le Jeff Koons du gâteau arty. Sculptrice sur pâte à sucre, Celine Marciano a trouvé le nouveau fil à ses « papattes ». Et elle y met les mains avec une dextérité déconcertante. L’ex-modeuse, tendance atelier rock fondu dans tous les noirs délires, étoile de David, a ainsi changé la recette de sa carrière, par le hasard de l’envie de surprendre sa fille Nina, le jour de son happy cake birthday. « J’ai eu, c’est vrai, envie de faire un gâteau particulier pour ma fille. Aux USA, j’ai vu qu’il y avait beaucoup de birthday cakes. Cela a fait tilt chez moi, car j’avais la volonté de changer de domaine de travail. Alors, je me suis mise à … En savoir plus »



Vincent au Clerc obscur de sa carrière

Posté le 11 janvier, par La Rédaction dans Sports. Pas de Commentaires

Le Stade Toulousain n’avait pas vu très Clerc, en ne renouvelant pas le contrat de son ailier international de 35 ans. Et c’est Toulon, cet été, qui avait éclairci sa situation en le signant. Depuis dimanche, et le match contre Clermont, c’est devenu obscur pour Vincent Clerc, le gendre idéal de Guy Novès, le gentleman rugbyman par excellence. Une rupture du tendon d’Achille gauche et sa saison, peut-être sa dernière au firmament, pourrait virer au chômage technique avec quatre à cinq mois d’arrêt. (NDLR: on ne le souhaite pas tant il a été toujours exemplaire en 14 années de service au Stade Toulousain. « C’est la ville dans laquelle j’ai fait mes plus belles rencontres, dans laquelle me suis construit en tant qu’homme, et dans laquelle j’ai fondé ma famille. J’espérais terminer ma carrière sur ces terres, mais je n’étais en … En savoir plus »



Fred Manenc, l’enfance revient d’art d’art

Posté le 23 décembre, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

 

Sir James Barrie, écrivain et dramaturge écossais, canonisé pour la création du personnage de Peter Pan, écrivait: « Chaque fois qu’un enfant dit: je ne crois pas aux fées, il y a quelque part une petite fée qui meurt ». Fred Manenc traduit dans ses oeuvres cette résurrection des objets de l’adolescence. Non pas la renaissance des fées, mais de faits marquants de sa jeunesse: Goldorak, les toys, Play-Mobil… Pour donner vie en lumière à un ensemble de créations pour créer un autre monde. Avec lui, c’est matière grise au service de matières époques pour faire ressurgir d’autres formes. Pour tomber pile sur d’autres faces de l’objet. Avec Fred Manenc, l’enfance revient d’art d’art.
S’il revient à sa mémoire des souvenirs familiers, il nous familiarise avec des passés recomposés. Depuis cette semaine, le plasticien conjugue son présent au futur dans l’Espace Cobalt à … En savoir plus »



Initiations culinaires à l’Alimentation: c’est vraiment un cadeau

Posté le 22 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Cuisiner raffiné à en faire tomber les babines comme le loup de Tex Avery, c’est l’apanage des chefs, des grands. Satisfaire les dîneurs délicats qui effleurent les assiettes pour immortaliser la création repose sur la gai-savoir faire des philosophes des fourneaux. Autrement dit, cuisiner en majesté est la propriété d’une cour de rois des spatules. Autrement dit, pour tout vulgum coquus, cuisiner n’est pas un cadeau. Grâce à l’Alimentation, le restaurant où les compliments s’empilent, cuisiner peut être une offrande dans des ateliers de bonnes façons, autour d’un chef à votre disposition disposé à vous dispenser de ses conseils étoilés. Quel cadeau. En cette période de fêtes, pour ceux qui ne savent pas ce qui peut satisfaire un pote, une copine, le cousin ou la tatie, offrir une soirée enthousiaste avec un pro enthousiasmé de vous passer ses plats, s’avère … En savoir plus »