Mode et Déco


Celine Marciano cake designer, une crème de femme

Posté le 13 janvier, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Insolite, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cake designer, un métier qui n’est pas de la tarte. Il faut être à la fois la Camille Claudel de la pâtisserie surprise et le Jeff Koons du gâteau arty. Sculptrice sur pâte à sucre, Celine Marciano a trouvé le nouveau fil à ses « papattes ». Et elle y met les mains avec une dextérité déconcertante. L’ex-modeuse, tendance atelier rock fondu dans tous les noirs délires, étoile de David, a ainsi changé la recette de sa carrière, par le hasard de l’envie de surprendre sa fille Nina, le jour de son happy cake birthday. « J’ai eu, c’est vrai, envie de faire un gâteau particulier pour ma fille. Aux USA, j’ai vu qu’il y avait beaucoup de birthday cakes. Cela a fait tilt chez moi, car j’avais la volonté de changer de domaine de travail. Alors, je me suis mise à … En savoir plus »



Bobine, cocon club de créateurs

Posté le 12 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cocon club de créateurs. Bobine, rue de la Pomme à Toulouse, aguiche, accroche, aimante, toutes les tronches, divers regards, et moult désirs. Femmes, hommes, et enfants…de coeur avec les designers à l’approche novatrice et les révolutionnaires évolutifs. A l’origine de la sélection, filtre à émotions et buvard à sensations, Faustine Lanau. Fille de médecin, la Carcassonnaise a pris le poul du risque et a pris d’assaut la forteresse des challenges « Osez,osez, Joséphine. Juste faire hennir les chevaux du plaisir. Et que durent les moments doux. »

LE DECLIC A HONG KONG
Pour oser sans se brider, il a fallu le déclic, pour ne jamais imaginer la claque. Et c’est en Asie, que la titulaire d’un master en marketing et en com’ obtenu à l’IAE Toulouse s’est débridée des bribes d’hésitations pour créer son concept-store aussi cool que cosmopolite. »Je travaillais à Hong Kong comme … En savoir plus »



March LA.B se « montre » chez Tata Roberta

Posté le 8 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Le temps s’étire et prend son temps. Céline Topilin aménage sa boutique samaritaine du design et du chic chouette pour faire place nette à March LA.B, la marque de montre franco-façon-française. Alain Marhic, le Basque à ses basques, le teint dans le ton, fondateur et directeur général, se montre alors avec « ses montres », les pose pour une pause dans l’air du temps. Une vingtaine de modèles entre les automatiques et les quartz. « Avec les différents bracelets, les différentes colories des cadrans, on compte entre 50 et 60 modèles » ajoute cet homme qui a toujours espéré prendre le tempo de la création horlogère.

L’AIR DU TEMPS 2016 EST EPURE, SENSE, ESSENTIEL
Son cru 2016, après une première « montrification » en 2011, est sensé, essentiel, épuré, et inscrit dans une logique où l’ivresse des prix ne fait pas tourner les têtes. « Nous sommes dans un … En savoir plus »



Tata Roberta tic tac avec la tactique March LA.B

Posté le 5 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Il y a les petites et les grandes aiguilles dans le monde de l’horlogerie. Les mastodontes, les golgoths, les Goliath du luxe, les LVMH, Richemont, Swatch Group, Omega, ou encore TAG Heuer aptes à faire perdre la pendule à tous ceux qui veulent enrayer leur mécanismes business. Dans cette industrie où la vie d’une entreprise peut basculer à quelques minutes près, il y a des indépendants qui sont à l’heure avec leurs ambitions. C’est le cas de March LA.B qui a bien su chronométrer son existence, trouver le temps pour être à l’heure H sur le marché. Alain Marhic, fondateur et directeur général de cette entreprise indépendante, a su trouver le tempo, après avoir essayé de lutter aiguille de terre contre aiguille de fer contre les maîtres du temps.
Après la sortie des premières montres en 2011, March LA.B a replacé … En savoir plus »



Jean-Charles de Castelbajac assigné à dédicaces personnelles

Posté le 2 décembre, par La Rédaction dans Culture, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Politesse attentive du dandy, qui nul mieux que lui maitrise l’art de la synthèse, et manifeste la joie de la syntaxe. Jean-Charles de Castelbajac dédicace son oeuvre intemporelle et à jamais moderne « Fashion, Art & Rock’n roll ». L’enfant terrible de l’art terriblement attachant et aristo-chou dédicace en dédiant un dessin destin perso à la personne qu’il reçoit, sans contrefaçon, mais à sa façon, au premier étage de la boutique photo magnifiquement exposée Yellow Korner à Toulouse. Dans cet espace « Castelbajacquisé », l’homme qui a su marier le classicisme de sa grande inspiration Courrèges, au modernisme de la culture qu’il a épousé, qui a habillé le pape, Lady Gaga, ou Diane Keaton, habille d’affection et de communion ceux qui ont acquis son pavé textes-photos-dessins, marchant sur un demi-siècle de sa carrière. Au sein de cette société d’admirateurs pour qui le nom de … En savoir plus »



Madame Plume, les anges y volent vers leurs désirs

Posté le 29 novembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Les filles d’aujourd’hui plébiscitent la spontanéité. Libres, légères comme l’air de leur temps et l’aire de leur époque épique. Voilà que les anges au féminisme éclairée pour génération décomplexée, décidées à se délester de poids des diktats, ont à disposition un nouveau nid douillet pour se vêtir à coût moindre pour de jolis coups. Chez Madame Plume, rue Peyras à Toulouse, un concept store rock’n’cool conçu par le duo des hommes Sam-David, pour ces damoiselles, alias Sulem-Marciano, les black stripes de la mode à Toulouse. « On a nommé la boutique Madame, comme une petite dédicace à la suite de l’ancienne boutique de bijoux Monsieur-Madame que tenaient Amanda et Matthieu. C’est un clin d’oeil qu’on voulait leur offrir. On a été très réactif en reprenant le local en cette période de fin d’année. On a associé Madame à Plume pour créer … En savoir plus »



A vos poignets!

Posté le 22 novembre, par admin dans Mode et Déco. Pas de Commentaires

A vos poignets!

Cadroin’s Stone :
{ Déf : marque de bijoux mixtes conçus en perles issues de pierres naturelles.
Cadroin : rue bordelaise du centre ville ; Stone : nom masculin traduction de l’anglais pierre, substance minérale qui du fait de sa dureté, de sa beauté de son éclat sert à la confection de bijoux. }

Cadroin’s Stone, un nom singulier pour une marque de bijoux devenue incontournable à Bordeaux.
Depuis la rentrée, chez NDE à Bordeaux, les bracelets en pierres naturelles se lovent autour de tous les poignets.

Guillaume et Fred, deux garçons « made in Bordeaux » imaginent leur premier bracelet, après un coup de coeur devant une vitrine parisienne où les perles en pierres naturelles se déclinent par centaines, toutes en rang.
C’est dans un salon, où elles s’éparpillent dans des coupelles en porcelaine blanche dans une atmosphère contemporaine sur une odeur de cire … En savoir plus »



Trentotto caresse l’espoir de vous présenter Edouard…

Posté le 3 novembre, par La Rédaction dans Mode et Déco. Pas de Commentaires

Caresser l’espoir de croiser Edouard. Quelle délicate, succulente, tactile, et souriante attention. Surtout lové dans un sofa, ou accoudé à une table cosy, ou assis sur un banc d’essai. Mais quel Edouard? Edouard Ier Roi d’Angleterre, Edouard Balladur, Edouard Manet, Edouard Molinaro ou Edouard Baer…Un Edouard surprise à découvrir le 17 novembre dans la chapelle toulousaine du design, dans la Factory de l’objet comme nulle part ailleurs intérieur, chez Trentotto, dans son antre original, 11 boulevard Carnot.
Stéphane Oddos, l’homme qui depuis 2004 a décidé de déclarer sa flamme aux objets dans des magasins aux valeurs urban style, décalées, extravagantes, et chic à fond, en nous persuadant qu’ils avaient non seulement une âme, que ce soit mobilier, vaisselle, luminaire…et parfois même la parole.

POUR LES 50 ANS DE B&B ITALIA
Alors Edouard? Juste un indice. Cette invitation évasion s’inscrit à l’occasion des 50 … En savoir plus »



Fashion, Art and Rock’n'Roll: Jean-Charles de Castelbajac se « livre » en tenues originales

Posté le 17 octobre, par La Rédaction dans Culture, Mode et Déco. Pas de Commentaires

« Fashion, Art and Rock’n’Roll is all my brain and body need. Fashion, Art and Rock’n’Roll are very good indeed ». Sans sa gouaille cockney mais avec son humour mordant, le couturier multi-costumes Jean-Charles de Castelbajac pourrait paraphraser Ian Dury, feu-joyeux trublion devenu chanteur par dépit et auteur de l’hymne punk et new-wave par erreur,  » Sex and drugs and rock & roll ». Car le descendant d’une ancienne famille noble de Bigorre triangule ces trois mots, fashion, art et rock’n’roll qui ont enfanté l’histoire de sa vie, l’histoire de son ouvrage, l’histoire de ses sensations. Il a décidé d’accoucher sur papier le sens de son existence dans le livre habillant plusieurs décennies de cette carrière rencontres au coeur des corps et des âmes d’exception. Il dit: « J’ai commencé par le Rock’n’roll, qui m’a fait bouger, qui m’a donné l’énergie de partir à … En savoir plus »



La mode de « Ptite Insolente » sur canaille plus

Posté le 7 octobre, par La Rédaction dans Mode et Déco. Pas de Commentaires

Libres. Loin du look stéréotypé. Gaelle et Virginie revendiquent une prose combat vestimentaire audacieuse, effrontée, courageuse, superbe, arrogante et hardie. Avec un nom de code qui claque, en opposition farouche aux calques. Un patronyme commercial frivole et insoumis répondant au coquin canaille plus « Ptite Insolente » qui plébiscite la spontanéité dans l’attitude à suivre dégagée des diktats. « L’insolence est l’arme des personnes bien nées » insistait, avec une courtoisie sucrée salée, l’homme de lettres et peintre Claude Aveline dans « Les réflexions de monsieur F.A.T ».
« Ptite Insolente », c’est l’histoire de deux girls bien nées, refusant toute pré-détermination pour que leurs antagonismes, l’une danseuse et l’autre dessinatrice, unissent leur passion induisant un coup de griffe sur le corps de l’habillement. Deux filles se ressemblant comme deux soeurs solaires. Et leur lumière fut. « Je donnais des cours de danse à Virginie, et, un jour, j’ai vu … En savoir plus »