Gastronomie Arts de vivre


Las Criollas Empanadas, l’Argentine en cuisson originale

Posté le 21 juin, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

« La cuisine, c’est quand les choses ont le goût de ce qu’elles sont ». Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky, humoriste et critique culinaire, baptisé « le prince des gastronomes » , disparu en 1956, ressusciterait sans aucun doute en offrant à sa bouche frétillante et à son gosier en gambade « Las Criollas Empanadas » de Norhis Lopez. Il prendrait très certainement une carte d’abonnés gourmands pour valider sans modération ses trajets vers ces authentiques et délicieux chaussons farcis créés dans l’Argentine la vraie. Celle du coeur, des terres sévères des grandes estancias et des hommes libres de la pampa, ces gauchos avec le courage, l’honneur et la liberté en bandoulière. La nouvelle adresse ouverte par Mathieu Lopez et son épouse Norhis, place Dupuy à deux pas de trot équin de la Halle aux Grains, en complément gustatif et festif de la pizzeria des Carmes, … En savoir plus »



Des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson

Posté le 19 janvier, par La Rédaction dans Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Bouillon de culture. Michel Réglat, le grand chef 21 fois étoilé franchise Mc’Do, aime remixer les recettes des intérieurs vies de ses établissements. Pour que les yeux des clients se pâment quand les bouches s’affament. En rajoutant des tranches de l’art, Michel Réglat désire que la déco fasse ventre le temps du break déjeuner ou repas. Et que l’art, avec priorité faite aux ingrédients aux artistes locaux, s’invite sur les plateaux en facilitant la digestion des créations. Au restaurant McDonald’s Esquirol, l’établissement a ouvert sa focale depuis trois ans à l’immortel photographe toulousain Jean Dieuzaide. 41 plaques d’un des as du noir et blanc délicat, évoquant Toulouse les 31 glorieuses des années 50-70, placardent les murs, pour donner un peu plus de temps saveur à la restauration rapide.
Depuis peu, le McDonald’s Wilson enrichit cette carte art de la table. Mais … En savoir plus »



Celine Marciano cake designer, une crème de femme

Posté le 13 janvier, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Insolite, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cake designer, un métier qui n’est pas de la tarte. Il faut être à la fois la Camille Claudel de la pâtisserie surprise et le Jeff Koons du gâteau arty. Sculptrice sur pâte à sucre, Celine Marciano a trouvé le nouveau fil à ses « papattes ». Et elle y met les mains avec une dextérité déconcertante. L’ex-modeuse, tendance atelier rock fondu dans tous les noirs délires, étoile de David, a ainsi changé la recette de sa carrière, par le hasard de l’envie de surprendre sa fille Nina, le jour de son happy cake birthday. « J’ai eu, c’est vrai, envie de faire un gâteau particulier pour ma fille. Aux USA, j’ai vu qu’il y avait beaucoup de birthday cakes. Cela a fait tilt chez moi, car j’avais la volonté de changer de domaine de travail. Alors, je me suis mise à … En savoir plus »



Initiations culinaires à l’Alimentation: c’est vraiment un cadeau

Posté le 22 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Cuisiner raffiné à en faire tomber les babines comme le loup de Tex Avery, c’est l’apanage des chefs, des grands. Satisfaire les dîneurs délicats qui effleurent les assiettes pour immortaliser la création repose sur la gai-savoir faire des philosophes des fourneaux. Autrement dit, cuisiner en majesté est la propriété d’une cour de rois des spatules. Autrement dit, pour tout vulgum coquus, cuisiner n’est pas un cadeau. Grâce à l’Alimentation, le restaurant où les compliments s’empilent, cuisiner peut être une offrande dans des ateliers de bonnes façons, autour d’un chef à votre disposition disposé à vous dispenser de ses conseils étoilés. Quel cadeau. En cette période de fêtes, pour ceux qui ne savent pas ce qui peut satisfaire un pote, une copine, le cousin ou la tatie, offrir une soirée enthousiaste avec un pro enthousiasmé de vous passer ses plats, s’avère … En savoir plus »



Boulangerie Saint-Georges: un show gustatif prise de températures festives

Posté le 13 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Un peu de tout, mais surtout du nouveaux nés- en cette période de nativité,la tradition a bon gout-, mais tout qui, en soi, fasse tout un plat de découvertes. La boulangerie-pâtisserie Saint-Georges, antre des amis de pains, Christine et François Le Galo, met, ce samedi, ses grands plats créatifs dans les petits plaisirs gustatifs. Oyez, oyez, dégustez, bonnes gens, place Saint-Georges, gueletonnez au plus près des arrivages de 11 heures à 16 heures, échauffez vos ramages en prévision de votre trêve confite de bons sentiments et d’agapes scintillants. Outre cette bourse aux réjouissances, vous pouvez aussi réjouir votre bourse en gagnant le lot de 50 euros qui sera décerné le mardi 20 décembre.
En attendant ce pain béni ou cette cerise sur le gâteau, vos estomacs auront le loisir de s’offrir en cadeau les cadeaux maisons en portion tentation et invitation … En savoir plus »



Bobine, cocon club de créateurs

Posté le 12 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Cocon club de créateurs. Bobine, rue de la Pomme à Toulouse, aguiche, accroche, aimante, toutes les tronches, divers regards, et moult désirs. Femmes, hommes, et enfants…de coeur avec les designers à l’approche novatrice et les révolutionnaires évolutifs. A l’origine de la sélection, filtre à émotions et buvard à sensations, Faustine Lanau. Fille de médecin, la Carcassonnaise a pris le poul du risque et a pris d’assaut la forteresse des challenges « Osez,osez, Joséphine. Juste faire hennir les chevaux du plaisir. Et que durent les moments doux. »

LE DECLIC A HONG KONG
Pour oser sans se brider, il a fallu le déclic, pour ne jamais imaginer la claque. Et c’est en Asie, que la titulaire d’un master en marketing et en com’ obtenu à l’IAE Toulouse s’est débridée des bribes d’hésitations pour créer son concept-store aussi cool que cosmopolite. »Je travaillais à Hong Kong comme … En savoir plus »



« Les Maquisardes », c’est bon quand ça se Corse

Posté le 9 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

C’est bon quand ça se Corse. « Les Maquisardes », forza gourmandise, brisent l’omerta de ce paradoxe rue des Tourneurs à Toulouse. En faisant chanter haut les produits artisanaux en polyphonie qui sollicitent l’imagination, Emilie Dinet et Lucie Delbos, aux origines corses sang pour sang, sans pour autant un patronyme en terminaisons fins de bouche « nova », ‘iani », « otti », ou « ucci », font parler la beauté sauvage « pace, salute » dans les assiettes et les possibilités d’une île. « Précédemment, nous avons travaillé avec Lucie dans des boutiques proches. Et un jour, et vu que nous avons toutes les deux des origines corses, on s’est dit: à Toulouse, il y a certes des produits corses dans certaines boutiques, mais il n’y a pas d’adresse 100% corse. Ensemble, nous avions les mêmes attentes, celles de faire nous-mêmes. On s’est vite entendues sur le principe, à savoir celui … En savoir plus »



Avec Marthe café contemporain, bienvenue chez vous

Posté le 24 novembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Bienvenue chez vous. Marthe Café Contemporain s’invite dans votre intimité gourmande. Sous la couette en lézardant, c’est chouette de bruncher en Marthe compagnie. Maxime Levy a choisi de déménager, en transfert de fret frais via Deliveroo, son plateau dominical à 15 euros, avec en menu gourmet et mignardises, une boisson chaude, un jus de fruit, pain beurré confiture ou viennoiseries, bagel du jour, oeufs brouillés, fromage et salade de fruits.

15 EUROS LE TOTAL BRUNCH
« On a pris le parti du brunch à domicile le dimanche et les jours fériés de 11 heures à 15 heures. C’est sympa de se faire servir chez soi sans bouger le petit doigt » précise, avec son sourire câlin, l’opticien-restaurateur toulousain qui voit plus loin que le bout de son nez humant le pain chaud. Pour les plus courageux découennés grasse matinée, aimant la flânerie du dimanche, … En savoir plus »



Un vin sur vin pour Alain-Dominique Perrin

Posté le 9 novembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Il n’était pas un devin des vignes. Il en est devenu amoureux. Alain-Dominique Perrin s’est depuis 1980 enraciné dans les terres du château Lagrézette à Caillac, à deux rangs de vignes de Cahors. Et depuis, il sublime le cépage roi en terre lotoise, le sieur Malbec, dans la transparence des 300.000 bouteilles annuelles. Avec l’arrivée d’Alain-Dominique Perrin, les caves de Cahors se sont rebiffées. Et notamment ses crus soignés, Le Pigeonnier parkérisé à 95/100, le Château Lagrézette Malbec intronisé dans le top 100 des meilleurs vins du monde, le Paragon prince élégant des tables raffinées ou le Purple pourpre introduit avec délicatesse dans les « Place to be » branchés dans l’hexagone. Hier soir, lors de la réouverture de la boutique Lagrézette-Toulouse, l’homme d’affaire sachant faire, surtout chez Cartier et son temple maternel de luxe le Groupe Richemont, la barbe fleurie impeccablement … En savoir plus »



Le château Lagrezette reprend son pied…à terre à Toulouse

Posté le 8 novembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Une vitrine rue de Metz qui agite les papilles. Mais depuis deux ans, le vin du château de la Lagrezette ne passait plus dans le gosier des amateurs du malbec, le cépage « champagne » de Cahors, à cause de travaux pour des raisons d affaissement d’immeuble. Aujourd’hui, le vignoble d’Alain Dominique Perrin, président de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, et ex-big boss de Cartier et de sa maison mère, le groupe de luxe Richemont, reprend son pied…à terre à Toulouse avec la réouverture de cette boutique qui a de la robe classieuse. Pour mettre un peu plus de corps à cette soirée relance, Alain Dominique Perrin a fait appel à un metteur en scène mise en bouche césarisé par Gault & Millau, Nicolas Brousse, le chef patron de Monsieur Marius, capable de quelques sortilèges culinaires bien envoyés, notamment pour accompagner … En savoir plus »