Sauver le Château Las Planes, c’est un acte citoyen en mémoire du Capitaine Treilhes tué en criant « Vive la France »


Posté le 9 juin, par La Rédaction in Politique Société. Pas de Commentaires

Avant de tomber sous le feu des armes allemandes, il a crié "Vive la France" le 18 juin 1940 quelques heures avant l'appel du Général de Gaulle.

Avant de tomber sous le feu des armes allemandes, il a crié « Vive la France » le 18 juin 1940 quelques heures avant l’appel du Général de Gaulle.

13h30 le 18 juin 1940 à Frambouhans dans le Doubs, deux auto mitrailleuses allemandes ouvrent le feu sans interruption. Un homme, héros pour la digne cause, chef de la colonne française présente dans le village, organise une opération défense, en faisant le coup de feu comme un simple soldat en stoppant 6 side-cars allemands fortement armés. Toutefois, une véritable armée fournie en matériel débarque dans le village en agresseur déterminé. La cité est prise de toute part, étouffée. Les soldats français abdiquent face à la force germanique et sont faits prisonniers. L’homme, le héros, lui, refuse de capituler. Sa bravoure est exemplaire, mais sa vie ne sera pas épargnée. Il adressera alors à l’agresseur de toutes ses forces un vibrant « Vive la France ». Magnifiquement stoïque, paroxystique, il tombera sous les armes nazis, à peine quelques heures avant l’appel historique du 18 juin du Général de Gaulle.
UN EXEMPLE POUR LE MONDE COMBATTANT
Cet homme, cet officier de Saint-Jean en Haute-Garonne, ce héros pour l’éternité, se nomme le Capitaine Henri Treilhes. La France lui rendra le hommages qu’il méritait en le faisant titulaire de la Légion d’Honneur des Croix de Guerres 1914-1918-1939-1945 avec palmes. Il obtiendra également plusieurs citations et moult médailles conquises dans de nombreuses campagnes. Depuis en France, plusieurs rues, plusieurs places, dont la Place Henri Treilhes, en bas du chemin de Belbèze à Saint-Jean, portent son nom, entretiennent la mémoire de ce Capitaine courageux, chevaleresque et déterminé, un exemple pour le monde combattant, un martyr de son patriotisme.

SIGNER LA PETITION C’EST UN DEVOIR DE MEMOIRE
Aujourd’hui sa mémoire est quelque part bafouée, avec le traitement fait au Château Las Planes, rebaptisé Maison Treilhes, depuis le rachat du site par la mairie de Saint-Jean. Le Député-Maire Gérard Bapt avait promis de faire de ce château pivot au coeur du village avec son parc bicentenaire une mairie ou une bibliothèque en respectant l’identité des lieux et la mémoire de son propriétaire héros. Il n’en est rien. Et depuis la vente en 2010 par la mairie de Saint-Jean dans le cadre d’une opération immobilière, d’une légitimité douteuse, la Maison Treilhes va a volo. Et la dégradation crescendo.
Annie Dutrain-Treilhes mène depuis des années un combat vigoureux et déterminé, à l’image de son héros de papa, afin de sauver ce château patrimonial.
En signant la pétition de son association SOS Patrimoine, en cliquant sur le lien suivant (ctrl+clic): : https://www.change.org/p/association-sos-patrimoine-non-%C3%A0-la-d%C3%A9molition-du-ch%C3%A2teau-las-planes?recruiter=707736641&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

c’est un devoir de mémoire, un devoir citoyen que vous réaliserez en hommage au Capitaine Treilhes.

Laurent Conreur





Comments are closed.