Des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson


Posté le 19 janvier, par La Rédaction in Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Michel Réglat, grand chef 21 étoiles McDo, a choisi Bayah Dezign, et un des graffeurs, Loïc, pour mettre des tranches de l'art dans le McDonald's Wilson.

Michel Réglat, grand chef 21 étoiles McDo, a choisi Bayah Dezign, et un des graffeurs, Loïc, pour mettre des tranches de l’art dans le McDonald’s Wilson. Photo H.R.

Quelques belles nuances de bleu avec des immersions chez Basquiat.

Quelques belles nuances de bleu avec des immersions chez Basquiat. Photo H.R.

Bouillon de culture. Michel Réglat, le grand chef 21 fois étoilé franchise Mc’Do, aime remixer les recettes des intérieurs vies de ses établissements. Pour que les yeux des clients se pâment quand les bouches s’affament. En rajoutant des tranches de l’art, Michel Réglat désire que la déco fasse ventre le temps du break déjeuner ou repas. Et que l’art, avec priorité faite aux ingrédients aux artistes locaux, s’invite sur les plateaux en facilitant la digestion des créations. Au restaurant McDonald’s Esquirol, l’établissement a ouvert sa focale depuis trois ans à l’immortel photographe toulousain Jean Dieuzaide. 41 plaques d’un des as du noir et blanc délicat, évoquant Toulouse les 31 glorieuses des années 50-70, placardent les murs, pour donner un peu plus de temps saveur à la restauration rapide.
Depuis peu, le McDonald’s Wilson enrichit cette carte art de la table. Mais sous un autre angle de vue qu’Esquirol, pour révéler ici le street art et le graffiti, avec des immersions dans l’univers de Jean-Michel Basquiat. C’est le collectif toulousain Bayah Dezign, mis en lumière par ses collaborations lumineuses avec Hermès, Saint Laurent, Audi ou Airbus, qui a été choisi comme master art chef. Et plus précisément Loïc, jongleur des nuances de couleurs, qui, en entrée-plat-dessert, sert un menu équilibré calligraphie-graffiti-abstraction. « Ce graff identifie ce McDo. Il permet aussi aux artistes toulousains de s’exprimer, et de rajouter un lieu d’expositions sur la ville », confiait Michel Réglat, en mécène, qui pourrait très bientôt mettre en scène artistique le McDo du Capitole.

Laurent Conreur





Comments are closed.