Tata Roberta tic tac avec la tactique March LA.B


Posté le 5 décembre, par La Rédaction in Economie Entreprises, Mode et Déco. Pas de Commentaires

March LA.B  a bien su chronométrer son existence, pour trouver le temps pour être à l'heure H sur le marché. Ce mercredi, March LA.B  arrêtera son temps, le temps d'une pause au coeur du concept store Tata Roberta.

March LA.B a bien su chronométrer son existence, pour trouver le temps pour être à l’heure H sur le marché. Ce mercredi, March LA.B arrêtera son temps, le temps d’une pause au coeur du concept store Tata Roberta.

Il y a les petites et les grandes aiguilles dans le monde de l’horlogerie. Les mastodontes, les golgoths, les Goliath du luxe, les LVMH, Richemont, Swatch Group, Omega, ou encore TAG Heuer aptes à faire perdre la pendule à tous ceux qui veulent enrayer leur mécanismes business. Dans cette industrie où la vie d’une entreprise peut basculer à quelques minutes près, il y a des indépendants qui sont à l’heure avec leurs ambitions. C’est le cas de March LA.B qui a bien su chronométrer son existence, trouver le temps pour être à l’heure H sur le marché. Alain Marhic, fondateur et directeur général de cette entreprise indépendante, a su trouver le tempo, après avoir essayé de lutter aiguille de terre contre aiguille de fer contre les maîtres du temps.
Après la sortie des premières montres en 2011, March LA.B a replacé le cadran tactique sous un autre fuseau. « Nous avons appris de nos erreurs. Faire du Swiss made était un rêve mais avait un coût. Nous avons décidé de diviser nos prix par deux. Aujourd’hui, nous produisons et nous assemblons nos collections en France, ce qui nous permet d’être dans une zone des 1000 euros pour un mouvement automatique, et entre 400 et 450 euros pour une quartz ». En se montrant moins gourmand, March LA.B se montre aussi compétitif et séduisant que les montres des marques qui se montrent à partir de 2500 euros.
Tic tac, tic tac, avec tact, March LA.B trouve enfin son heure. La marque horlogère premium marque dorénavant son territoire clientèle, en appliquant sa philosophie du contact direct avec le consommateur dans ses deux boutiques parisiennes, et dans ses ses boutiques dépôts qui dépotent, comme Tata Roberta à Toulouse, qui dépose cette marque déposée.
Ce mercredi, Alain Marhic, et toute son équipe en cadence, arrêteront leur temps, le temps d’une pause au coeur du concept store de Céline Topilin à Toulouse pour présenter leur univers horloger. Soyez à l’heure. Chaque minute March LA.B peut compter.

Laurent Conreur





Comments are closed.