Emmanuel Macron, « En Marche » avant toute…à droite et à gauche


Posté le 30 novembre, par La Rédaction in Politique Société. Pas de Commentaires

Pourquoi ne pas voir "En Marche" avant toute, en zigzaguant à droite et à gauche, le projet social et libéral d'Emmanuel Macron révolutionner les donnes.

Pourquoi ne pas voir « En Marche » avant toute, en zigzaguant à droite et à gauche, le projet social et libéral d’Emmanuel Macron révolutionner les donnes. Photo AFP

En France, l’histoire politique témoigne que pour accéder à la magistrature suprême, le candidat doit répondre à trois exigences canoniques: l’expérience avec le vécu affirmé d’un exercice, la compétence associée à une résistance de fer pour ne jamais vaciller et la capacité de rassemblement. A l’aube de la présidentielle de 2017, un des prétendants ne présente pas vraiment cette carte d’identité: Emmanuel Macron. Mais il a d’autres atouts pour déjouer les évidences de ce poker menteur.
A cet instant, la glorieuse incertitude règne. Hollande valse d’hésitations. Fillon, le nouveau leader maximo de la droite, surtout conservatrice et bourgeoise, est toutefois rejeté par la droite moderne, plus populaire et ouverte sur le centre. Un allié de Macron s’en fait d’ailleurs le pote porte-parole: « La droite est divisée comme jamais. Il n’y a aucun accord entre les courants sur l’Etat de droit, ni sur l’Europe ». Marine fait front national, mais avec un quota potentiel de votants, qui, si elle rejoint le second tour, la verra caler en seconde sans report de voix essence dans son moteur. Alors…pourquoi ne pas voir « En Marche » avant toute le projet social et libéral d’Emmanuel Macron révolutionner les donnes. Surtout si la droite humaniste, des centristes UDI aux Gaullistes sociaux de Les Républicains (NDLR: les jeunes radicaux et juppéistes ont d’ailleurs annoncé leur volonté de rallier le nouveau panache Marcon), trouvent en l’ancien ministre de l’Economie, ni droite ni gauche, l’homme protée.

L’AUTRE LIBERALISME
Dans son livre « Révolution », un titre volte-face, Emmanuel Macron traduit une volonté chevillée à son corps libre d’attirer l’attention et également de populariser sa vision. Malin Macron, malin le jeune lynx. Car Macron, madame Irma, a anticipé paratonnerre le coup de foudre de Fillon et son projet d’inspiration ultralibérale associé à une certaine régression sociale, qu’Alain Madelin, la droite pure, qualifie lui-même de « purge ». Macron a posé ses jalons. « Si par libéralisme, on entend confiance en l’homme, je consens à être qualifié de libéral ». Ambidextre parfait, Emmanuel Macron a cette faculté de changer d’aile à vitesse grand V. « Si d’un autre côté, c’est être de gauche que penser que l’argent ne donne pas tous les droits, que l’accumulation du capital n’est pas l’horizon indépassable de la vie personnelle, que les libertés des citoyens ne doivent pas être sacrifiées à un impératif de sécurité absolue et inatteignable, que les plus pauvres et les plus faibles doivent être protégés sans être discriminés, alors je consens aussi être qualifié d’homme de gauche ».

LA LIBERTE COMME FIL ROUGE
Homme agile, Emannuel Macron montre qu’il sait rebondir, ferme sur des terres à conquérir, mais avec cette liberté qu’il conduit comme un fil rouge dans « Révolution ». Ne combine t-il pas ces propos, « La laïcité est une liberté avant d’être un interdit », et « Si la liberté de conscience est totale, l’intransigeance quant aux lois de la République est absolue ».
« En Marche » avant toute en zig-zag à droite et à gauche.

Laurent Conreur





Comments are closed.