Et c’est Poulidor qui gagne


Posté le 21 novembre, par La Rédaction in Politique Société. Pas de Commentaires

Aujourd'hui, François Fillon, le Poulidor de la politique, porte le maillot jaune. Il lui reste une ultime étape, avant la présidentielle, avec assez loin dans ses boyaux, Alain Juppé. Droopy s'est vengé, et celui qui l'appelait "Mister Nobody" l'a payé cher.

Aujourd’hui, François Fillon, le Poulidor de la politique, porte le maillot jaune. Il lui reste une ultime étape, avant la présidentielle, avec assez loin dans ses boyaux, Alain Juppé. Droopy s’est vengé, et celui qui l’appelait « Mister Nobody » l’a payé cher.

La Fontaine a raison, sa morale a souvent du bon…sens. La tortue avec sa carapace a le cuir dur, même quand elle se fait tancer par les coups de pattes vicieux des lièvres. Rien ne sert de courir, il faut partir à temps. Son chemin, François Fillon l’a tracé, en se répétant dans son subconscient, lui « Mister Nobody » comme le nommait son Président ultra-Président, cette morale du « Lièvre et de la Perdrix ». « Il ne se faut jamais moquer des misérables: car qui peut assurer d’être toujours heureux? »

LA VENGEANCE DE DROOPY
Hier, c’est Poulidor qui a gagné, en laissant à la fin de la première étape de la primaire de droite et du centre, à presque 24 minutes ( 44,1% pour Fillon contre 20,6% à Sarkozy) l’Anquetil de la politique, le survitaminé Nicolas Sarkozy. Hors délai, l’homme aux provocations verbales voulues, aux meetings show bises acquises, peut ranger définitivement son vélo, et aller dimanche prochain à la pêche sans hameçon, car il n’a plus rien à ferrer. Eh oui, François Fillon a « karchérisé » l’homme qui parlait de lui en « collaborateur ». Droopy en a toujours conservé un souvenir amer, et, sans faire de bruit, a su trafiquer le dérailleur de la bicyclette du chef, avec de jolis coups dans les mollets. « Il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable. Qui imagine de Gaulle mis en examen? » Références aux affaires de dopage financier politique de l’ami (ex aujourd’hui soit disant) de Lance Armstrong, le plus grand escroc du cyclisme.

LA FRANCE A PERDU SON BANNI FAVORI
Alors oui, la France a perdu son banni favori, l’homme du « casse-toi pauv’con ». Le vilain petit canard a aujourd’hui les ailes définitivement coupées, quoiqu’il lui reste les pattes…La France devrait hériter – car il apparaîtrait que le vainqueur de cette primaire soit promis à l’Elysée, surtout que la gauche socialiste avec cette expulsion de Sarkozy, sa présence en mai prochain était le seul gage de croire encore, – d’un conservatisme poli. L’austère humoriste François Fillon, contre le mariage pour tous, pour le plus grand coup de sécateur dans la fonction publique, sera aussi l’autre Pape François, catho toujours propre sur lui jamais sali par les affaires.
Aujourd’hui, François Fillon porte le maillot jaune. Il lui reste une ultime étape, avant la présidentielle, avec assez loin dans ses boyaux, Alain Juppé. Si, comme annoncé dans le peloton des promesses et des volte-faces, tous les gregarios de Nicolas Sarkozy rejoignent son ancien meilleur ennemi, François Fillon devrait gagner ce Tour de France. Avant de faire le Tour d’une France qui déraille, et dont les sorties de route sont tant souhaitées par le FN.
Car que Fillon n’occulte jamais cette morale extraite de La Laitière et le Pot au Lait de La Fiontaine:  » Quel esprit ne bat la campagne ? Qui ne fait châteaux en Espagne? »

Laurent Conreur





Comments are closed.