Un vin sur vin pour Alain-Dominique Perrin


Posté le 9 novembre, par La Rédaction in Economie Entreprises, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

Il y avait des amoureux du vin hier soir à la boutique Lagrézette pour déguster notamment le Paragon du terroir de Massaut, une des parcelles des 90 hectares propriétés d'Alain Dominique Perrin.

Il y avait des amoureux du vin hier soir à la boutique Lagrézette pour déguster notamment le Paragon du terroir de Massaut, une des parcelles des 90 hectares propriétés d’Alain Dominique Perrin.

adp

Hier avec la réouverture de la boutique Lagrézette-Toulouse, Alain-Dominique Perrin a prouvé que les caves de Cahors s’étaient rebiffées. Avec 4,3 millions d’euros de CA, Lagrézette génère l’excellence du Malbec, dont 35% à l’export.

Il n’était pas un devin des vignes. Il en est devenu amoureux. Alain-Dominique Perrin s’est depuis 1980 enraciné dans les terres du château Lagrézette à Caillac, à deux rangs de vignes de Cahors. Et depuis, il sublime le cépage roi en terre lotoise, le sieur Malbec, dans la transparence des 300.000 bouteilles annuelles. Avec l’arrivée d’Alain-Dominique Perrin, les caves de Cahors se sont rebiffées. Et notamment ses crus soignés, Le Pigeonnier parkérisé à 95/100, le Château Lagrézette Malbec intronisé dans le top 100 des meilleurs vins du monde, le Paragon prince élégant des tables raffinées ou le Purple pourpre introduit avec délicatesse dans les « Place to be » branchés dans l’hexagone. Hier soir, lors de la réouverture de la boutique Lagrézette-Toulouse, l’homme d’affaire sachant faire, surtout chez Cartier et son temple maternel de luxe le Groupe Richemont, la barbe fleurie impeccablement et le verbe fleuri savamment, a ouvert la bouteille de sa passion pour son enfant d’adoption viticole. « Nous avons oeuvré à Lagrézette pour rejoindre l’excellence avec le Malbec. C’est fini le vin noir. Finies ces vignes qui ont été utilisées pour planter du tabac. Depuis 1971, grâce à Georges Pompidou, le Cahors a eu l’AOC. Ensuite, il a fallu effectuer une grande mutation, fruit d’un labeur rigoureux et d’un marketing efficace. Aujourd’hui sur les 90 hectares, nous poursuivons ce travail, en axant avant tout la qualité. Nous avons aussi le vin pourpre, le Purple avec 50% d’excellence de nos vignes et 50% d’achats aux vignerons du lot qui font aussi dans la qualité ».

LE CAGOR EN RUSSIE
Cette qualité, exit le vin en vrac, donne du corps au succès de la Grézette avec 4,3 millions d’euros de chiffres d’affaires, et une export à bon port avec 35% du total. « Aujourd’hui, notre premier client est la Chine, suivi par les Etats-Unis et le Japon. J’aimerais bien rattraper le marché anglais où l’on s’était positionné dès le début de mon arrivée à Lagrézette, précise Alain-Dominique Perrin, espérant aussi faire marcher la machine à remonter le temps du Cahors. « Oui, en effet, il y a aussi le marché russe à conquérir, et ce d’autant plus que le Cahors a une histoire avec la Russie. Le Cahors a été le vin de messe de l’église orthodoxe à partir du XVe siècle. A l’époque, le pouvoir russe avait envoyé une mission à Cahors pour recruter des vignerons et planter des vignes en Crimée. Ce qui a été fait, et un vin en est sorti, le Cagor. Alors pourquoi pas pénétrer ce marché? »

LES BOUTIQUES ET LES FOIRES: UN TIERS DU C.A
Avec le bon alcool Lagrézette, Alain Dominique Perrin poursuivait son discours ivresse avec modération, mais avec sensation: « On rouvre cette boutique fermée depuis plus de deux à cause de travaux suite à l’affaissement de l’immeuble. C’est notre 5e boutique avec celle du château à Lagrézette, celle de Sarlat, du Pont Valentré à Cahors et de Padirac ouverte uniquement en été. La prochaine étape, c’est une boutique à Paris. Pour nous les boutiques, c’est capital, car c’est notre meilleur coefficient de vente. Sachez qu’avec les foires et les boutiques, nous réalisons 1,3 millions de chiffre d’affaire, presque un tiers du global ».
Hier soir à la boutique Lagrézette, dans son opération charme discret et séduction des papilles, Alain-Dominique Perrin méritait un vin sur vin.

Laurent Conreur





Comments are closed.