décembre2015


Xavier Dayraut, un héritage mécanique de haute précision

Posté le 30 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Sports. Pas de Commentaires

 

L’héritage. Jamais une évidence. Surtout quand le paternel se nomme Jean-Claude Dayraut. Un as du volant, un savant aventurier des ergs, de la glace et du bitume, un Léonard de Vinci des défis automobiles. Une mécanique méga bien huilée quand il met ses mains dans les moteurs, les Porsche évidemment. La référence. Ici, la transmission s’embraye de succès car la génération suivante est tout simplement douée. Dans la ligne droite du père. Il y a Jean-Philippe l’ainé, dont les résultats sportifs ont défrayé et défrayent la chronique. Mais il y a aussi le cadet, un premier de la classe prestige automobile, Xavier, 23 ans de tours de piste, et que des poles positions. Car le jeune homme a tout dans son baquet: l’adresse, l’intelligence, la fulgurance, la rigueur, le sens du travail caressant sans cesse la perfection et des humanités … En savoir plus »



A Toulouse, les puces se repiqueront-elles de chic?

Posté le 29 décembre, par La Rédaction dans Mode et Déco. Pas de Commentaires

Chiner, dénicher, fouiller, farfouiller. Cela a toujours été un délice charmant, une villégiature délicate. Et si Toulouse, et son marché Saint Sernin, symbole de l’âme de la cité, ou un autre lieu de chine émblématique, se repiquaient vraiment de chic, de chic du design, au choc de la pièce rare. Devenir ainsi un temple du mobilier et l’objet déco huppés. Comme c’est aujourd’hui le cas revival des puces de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, là où les provinciaux, nous allions trouver la paire de creepers ou de Jackson made in London et portées par les dandys rock parisien d’alors, et qui nous permettaient de frimer 14 ans les Gauloises dans la cour du collège ou du lycée.
Car le design en vogue se dissimulerait aujourd’hui dans les allées des puces. Entre un fauteuil en treillis métal de Kuramata, un 501 des fifteen toile … En savoir plus »



Top 14: et si le Stade refaisait le coup du Stade

Posté le 28 décembre, par La Rédaction dans Sports. Pas de Commentaires

 

Ils ont été les ennemis des années 2000, d’un côté le rugby tradition culturelle et de l’autre le rugby flambeur flambant. Le duel des Stades. Le Toulousain et fleuron de France, et le Français et fleur de Paris capitale. La copie de l’un est devenue l’original de l’autre. Et l’originalité de l’un a permis à l’autre de revoir ses origines. Guazzini s’est inspiré de Bouscatel, et Bouscatel s’est immergé dans l’univers Guazzini. Laporte et Galthié ont suivi la partition Novès. Novès a repris le tempo Laporte et Galthié. Jamais l’un sans l’autre. Toujours l’un contre l’autre. Comme deux frères jumeaux luttant pour l’hégémonie familiale. Dans ce copier-coller, et si le Stade Toulousain 2015-2016 collait à la copie du Stade Français 2014-2015. Avec au final la conquête du Brennus. Dont les Toulousains sont privés depuis 2012. Comme le Stade Français l’espérait … En savoir plus »



Noël: le symbolisme du don et du contre-don des cadeaux

Posté le 24 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Politique Société. Pas de Commentaires

Alors, c’est ce soir. L’euphorie du paquet, la surprise du paquet dans le paquet, façon poupées russes. Le grand débalage, l’épreuve de la nuit du 24 au 25 décembre, qui parfois, s’achève par la déception, la gueule quoi. La tronche à l’envers du receveur, et la mine déconfite du donneur. Mais au fait, c’est quoi un cadeau, et ce même dans la symbolique de Noël, apogée du détournement de la fête religieuse vautrée dans le consumérisme absolu. Un cadeau, c’est un don. Et dans toute logique humaine, le don appelle un contre-don. Noël en est l’exemple parfait. C’est un cercle vertueux (…): celui qui reçoit, offre, et vice versa. Et, c’est justement quand on ne fait pas de présent à celui qui vous couvre de cadeaux, qu’un jour ce dernier cessera d’opérer, se disant, « Tu as vu ce salopard, il … En savoir plus »



Mc Solaar: paradis perdu, oubli perdure, plus dur est son chut

Posté le 23 décembre, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

Palabres exquis. Il y a quelques printemps, Mc Solaar, dans sa prose combat, vantait les vertus émancipatrices du savoir et de la littérature, les collages alphabétiques du phrasé savant associer la gesticulation et la réflexion. C’était du rap à part. A particules élémentaires pour cours particuliers. « Je suis l’as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. Comme le trèfle à  quatre feuilles, je cherche votre bonheur. Je suis l’homme qui tombe à  pic… pour prendre ton coeur. ». A deux mille pages des propos cours élémentaires à redoublement évident d’un Booba, « A l’école, ils me disaient de lire. Voulaient m’enseigner que j’étais libre. Va te faire niquer toi et tes livres ». Il y a comme un schisme dans l’esthétisme. Comme un trou béant dans la planète hip hop-rap. Le bien-parlé n’est plus au parloir. Place aux maudits mots dits en cris … En savoir plus »



Coup de coeur 2015: La Maison des Parents, 10 ans de portes ouvertes à la fraternité

Posté le 22 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Politique Société. Pas de Commentaires

Douloureux en cette année, alimentée par l’horreur, les massacres, les angoisses, et les excès anxiogènes, de décerner le coup de coeur 2015. Car tant de coeurs innocents ont pris des coups. Des coups traitres fourbis par des non êtres humains. 2015 n’est d’ailleurs pas finie, mais que soit mis un terme au terne. Apportons un peu de lumière, en ne mettant jamais à l’ombre le sombre subi par les victimes et leurs proches. Eclairons, éclairons, en claironnant nos valeurs de partage, d’altruisme, et de fraternité. Chacun à notre niveau de compassion et de citoyenneté, nous nous devons de dire, ce que nous voulons médire et maudire, mais aussi ce que nous voulons enorgueillir et faire luire. En ce sens, le plus profond pour ne justement pas consentir au vide et au contraire se consoler d’une beauté d’humanité, il est de … En savoir plus »



Trentotto: déments et merveilles de cadeaux

Posté le 21 décembre, par La Rédaction dans Gastronomie Arts de vivre, Mode et Déco. Pas de Commentaires

Un jeu de l’oie, un jeu de joie. A chaque case, tu gagnes. A se faire une entorse du globe occulaire, tant il faut se tourner de droite, de gauche, de haut en bas, car les produits appellent le charme et la séduction. Tant il faut se torturer le cerveau pour faire le choix. La décision du cadeau qu’il faut. Force est d’avouer que Stephan Oddos a placé haute la barre des gammes. Chez Trentotto, dans le concept store de la rue Paul Vidal à Toulouse près de la place Saint-Georges, se conjuguent déments et merveilles de cadeaux. Objets insolites, canapés délices, plaids cocooning, vélos géniaux, sneakers in Barons Papillom, lampes Aladin y perdrait son latin (NDRL: Demandez au singe blanc), livres d’envie, TV décodés par les frères Bouroullec, et tant d’autres conceptions en compétition design cohabitent, invitent esprit baroque, … En savoir plus »



3e ligne de métro: Jean-Luc Moudenc valide le ticket pour l’Histoire

Posté le 18 décembre, par La Rédaction dans Economie Entreprises, Politique Société. Pas de Commentaires

Historique. En trajet rapide vers la modernité, Jean-Luc Moudenc a fait de ce 18 décembre 2015 une date pour l’éternité à Toulouse en dévoilant l’itinéraire de la future troisième ligne de métro. Pour entrer de plain pied dans le XXIe siècle avec une liaison transport de 21 kilomètres qui rejoindra d’est en ouest les deux pôles pivots de mobilité pour un coût global de 1,7 milliards d’euros, soit entre 80 et 90 millions d’euros le coût kilomètre métro. Pour une mise en service en 2024 et le début des travaux en 2019. Le maire de Toulouse a prouvé son intelligence stratégique en présentant un trajet référence Airbus-Airbus avec en A les usines Airbus à Colomiers et en B Airbus Defense and Space à Montaudran. Mais a aussi sorti du chapeau des options judicieuses, avec la possibilité d’une desserte de l’aéroport … En savoir plus »



Michel Polnarêve…réveillé

Posté le 18 décembre, par La Rédaction dans Culture. Pas de Commentaires

Le Nordmann aux plus célèbres montures de lunettes est passé, cette nuit, une semaine avant Noël, pour déposer son cadeau aux enfants de la chanson qui aiment ses transes. Michel Polnareff is back. Back from USA. Envol supersonique pour vol super son type en mode Polnarêve. Avec « L’homme en rouge » dévoilé sur son site polnaweb, Michel Polnareff livre une exquise esquisse de son nouvel album programmé pour le premier trimestre de 2016, tremplin pop d’une tournée yéyé en France au printemps.
A la première écoute de ce single résurrection depuis son dernier opus « Kâma Sutrâ’ en 1990, et un one shot en 2007 avec la chanson « Ophélie Flagrant des Lits » pilote de sa tournée « Ze (re) Tour », Polnareff transcende d’entrée sa condition d’interprète. Et ce avec des textes dictés par une poupée qui lui dit non au bonheur, « L’homme en rouge … En savoir plus »



L’ivresse donne des mots de tête

Posté le 17 décembre, par La Rédaction dans Culture, Gastronomie Arts de vivre. Pas de Commentaires

En cette période de bamboches déclarées, moult se penchent sur la pertinence de la bouteille de vin de garde à sortir de la crèche à grand cru, ou du bouchon doré à faire sauter de la banque à champagne. D’autres se livrent aux livres et se nourrissent d’anthologies sur les spiritueux. Tous pour chercher l’état d’ivresse de croisière tolérée, sans les excès de vitesse d’absorption alcoolique. Contre ces beuveries qui donnent des maux de tête. Par contre, il en est qui se régale le gosier quand l’ivresse leur donne des mots de tête. Avec « Pourvu qu’on ait l’ivresse. De l’alcool à l’extase: un voyage à travers les arts et les lettres », le linguiste Alain Rey, Monsieur « Petit Robert », nous invite à consommer ses écrits sans modération. Son flacon lettré s’avère être une délicieuse et gouleyante déambulation, un joyeux vagabondage dans … En savoir plus »